Formation pour les enseignants et les encadrants d'enfants et adolescents

Formation pour les enseignants et les encadrants d'enfants et adolescents

  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans - Voir le plan

Le CCNO propose cette formation aux enseignants.e. et toutes personnes en situation de transmission pédagogique (milieu scolaire, animation sociale). Son but est de vous aider à introduire des outils chorégraphiques dans votre pédagogie. Une formation proposée par le Centre Chorégraphique National d’Orléans en collaboration avec Marion Blondeau, artiste interprète et Anaïs Loison-Bouvet, chercheuse en danse.


Les 5 ateliers seront menés par Anaïs Loison-Bouvet pour la théorie (1h) et Marion Blondeau pour la pratique (2h).


Objectifs de la formation :


¼ Exercer son regard de spectateur, formuler, énoncer ce que l’on voit.
¼ Pratiquer en atelier des notions fondamentales du champ chorégraphique et s’approprier les outils transmis.
¼ Découvrir, approfondir sa culture chorégraphique : situer dans l’histoire de la danse, repérer les grands courants esthétiques.


Pour cette formation 2019/2020, le CCNO vous propose une session de formation pratique et théorique sur la danse. Les différentes thématiques abordées ont été conçues en lien direct avec la saison danse programmée par la Scène nationale d’Orléans et le CCNO. C’est pourquoi il est nécessaire que chaque participant s’engage assidûment à suivre les deux parcours : spectacles et ateliers.


Les intervenantes :


Marion Blondeau
Formée entre la France et l’Afrique du Nord, Marion Blondeau conjugue à la fois une place de chorégraphe au sein de sa compagnie 3arancia à celle d’interprète, notamment auprès de Mithkal Alzghair et Phia Ménard. Depuis 2016 elle se forme en fasciapulsologie, pratique somatique, auprès de Florence Augendre.


Anaïs Loison-Bouvet
Les recherches d’Anaïs Loison-Bouvet interrogent la manière dont les discours de spécialistes (journalistes, médiateurs, chercheurs) régulent l’expérience des spectateurs d’œuvres de danse contemporaine. Dans sa thèse de doctorat, soutenue en 2018 à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, elle se concentre en particulier sur un corpus de pièces chorégraphiques considérées au moment de leur apparition sur scène comme « trop violentes » par les experts de la danse.


1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement