Billetterie Centre chorégraphique national d'Orléans : Réservez votre billet

Ouverture publique : Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones de Jan Martens / GRIP & Dance On Ensemble

Ouverture publique : Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones de Jan Martens / GRIP & Dance On Ensemble

  • Ven. 28 févr. à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

En collaboration avec la Scène nationale d’Orléans.
Pièce pour 17 danseur•euse•s.


Any attempt will end in crushed bodies and shattered bones se concentre sur l’idée de l’immobilisation comme acte de résistance et de rébellion. La pièce examine principalement les moments où quelqu’un — ou le groupe dans son ensemble — décide d’aller à contre-courant, de s’immobiliser ou de se replier sur les marges. Le repli face à la tourmente comme acte de rébellion. Dans cette création, certaines formes de progrès et leur rythme sont remises en question.


Cours du samedi matin avec Johanna Levy : cours d'essai

Cours du samedi matin avec Johanna Levy : cours d'essai

  • Sam. 7 mars à 11 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Le cours hebdomadaire s’adresse aux amateur•rice•s désireux•euses de maintenir une pratique régulière de la danse contempo-raine. À la fois technique et créatif, le cours du samedi matin est donné par le•la même artiste-intervenant•e tout au long du semestre.


Cours second semestre : du samedi 7 mars, 11h – 13h* au samedi 27 juin, 11h – 13h*.
* certains cours sont déplacés de 9h à 11h


Le parcours de Johanna Levy, chorégraphe de la compagnie Ten, l’amène à se situer à la lisière de la danse et du théâtre avec une forte influence cinématographique. En s’interrogeant sur la place du public, elle mène un travail qui offre une perspective sur la danse, et incite à une posture active du•de la spectateur•rice. Pour cela, elle dirige son travail de recherche en lien direct avec la prise d’espace des corps en mouvement et se questionne sur comment questionner l’angle de vue et la prise d’espace.


Après une mise en route globale du corps, elle propose dans ce cours d’aller à la rencontre du mouvement par différents moyens, comme la manipulation, les improvisations, seul•e, à deux ou en groupe, ou même la répétition de mouvements simples et rythmés. Elle propose plusieurs méthodes d’improvisations, toujours en confrontant les propositions entre elles pour ne jamais oublier le jeu théâtral, et la rencontre entre les participant•e•s.


Inscription semestrielle (10 cours) :
90 €


Conférence Dominique Bagouet : une écriture de la danse contemporaine

Conférence Dominique Bagouet : une écriture de la danse contemporaine

  • Mer. 11 mars à 18 h
  • Salle de l'institut - Orléans

à la Salle de l’Institut (Conservatoire — 4 place Sainte-Croix)
Par Mélanie Papin, historienne de la danse, spécialiste du champ chorégraphique contemporain en France.
Dans le cadre du projet de transmission Jours étranges de Dominique Bagouet par Catherine Legrand pour 16 jeunes d'Orléans.


Entre 1976 et 1992, Dominique Bagouet a construit une œuvre contemporaine majeure fondée sur la dialectique du modèle de la danse classique et des influences venues des États-Unis. Sa propre écriture chorégraphique est caractérisée par une inventivité gestuelle sans limite mais encadrée par une mise en espace très maîtrisée.  Dans cette conférence, Mélanie Papin revient sur ce qui marque la présence du chorégraphe dans le monde de la danse : un triple mouvement d'écriture…


Conférence du chorégraphe Volmir Cordeiro

Conférence du chorégraphe Volmir Cordeiro

  • Jeu. 12 mars à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Chorégraphe et interprète, Volmir Cordeiro viendra parler de son livre Ex-Corpo. La recherche-création se situe dans le lien constant entre un travail réflexif et la création chorégraphique. L’élément connecteur entre ma pratique et celle des « artistes-voisins » (Luiz de Abreu, Micheline Torres, Marcelo Evelin) se fait à partir du thème de la marginalité. —Volmir Cordeiro


Cours du samedi matin avec Johanna Levy : inscription

Cours du samedi matin avec Johanna Levy : inscription

  • Sam. 14 mars de 11 h à 13 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Le cours hebdomadaire s’adresse aux amateur•rice•s désireux•euses de maintenir une pratique régulière de la danse contempo-raine. À la fois technique et créatif, le cours du samedi matin est donné par le•la même artiste-intervenant•e tout au long du semestre.


Cours second semestre : du samedi 7 mars, 11h – 13h* au samedi 27 juin, 11h – 13h*.


* certains cours sont déplacés de 9h à 11h


Le parcours de Johanna Levy, chorégraphe de la compagnie Ten, l’amène à se situer à la lisière de la danse et du théâtre avec une forte influence cinématographique. En s’interrogeant sur la place du public, elle mène un travail qui offre une perspective sur la danse, et incite à une posture active du•de la spectateur•rice. Pour cela, elle dirige son travail de recherche en lien direct avec la prise d’espace des corps en mouvement et se questionne sur comment questionner l’angle de vue et la prise d’espace.


Après une mise en route globale du corps, elle propose dans ce cours d’aller à la rencontre du mouvement par différents moyens, comme la manipulation, les improvisations, seul•e, à deux ou en groupe, ou même la répétition de mouvements simples et rythmés. Elle propose plusieurs méthodes d’improvisations, toujours en confrontant les propositions entre elles pour ne jamais oublier le jeu théâtral, et la rencontre entre les participant•e•s.


Inscription semestrielle (10 cours) :
90 €


Ouverture publique : L'homme rare de Nadia Beugré

Ouverture publique : L'homme rare de Nadia Beugré

  • Jeu. 19 mars à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Qu’est-ce qui définit et distingue le corps masculin ? La chorégraphe s'interroge sur l’attention portée sur les corps et les qualités attribuées à leurs mouvements. Dans cette pièce à la distribution uniquement masculine, montée sur talons, n'apparaissant que de dos, Nadia Beugré met en scène cinq danseurs issus de différentes cultures et courants chorégraphiques pour explorer la notion de genre et la question du regard du spectateur.


Stage sur le travail de Thomas Lebrun  avec Anne-Sophie Lancelin

Stage sur le travail de Thomas Lebrun avec Anne-Sophie Lancelin

  • Sam. 21 mars de 11 h à 17 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Initiation aux outils de composition de Thomas Lebrun dans Ils n’ont rien vu
avec Anne-Sophie Lancelin, interprète de Thomas Lebrun


Ils n'ont rien vu de Thomas Lebrun, crée en juin 2019 aborde la catastrophe
d'Hiroshima, victime du premier bombardement atomique. Le titre de la pièce, fait écho à la réplique du film Hiroshima mon amour, de Alain Resnais et Marguerite Duras, « tu n'as rien vu à Hiroshima ».


Nous explorerons à travers cet atelier les spécificités des danses créées par Thomas Lebrun en relation à des sources musicales, visuelles ou textuelles : les témoignages des survivant•e•s et les sons de la ville actuelle qui recouvrent les indices discrets du drame, le film d'Alain Resnais, les textes de Marguerite Duras, la musique de Toshiba Sukegawa, les panels d'Iri et Toshi Maruki. Autant de sources qui nous permettent de nous relier à ce drame et de poser entre hommage et inquiétude un questionnement commun face à la difficulté du souvenir.


After work avec Frédéric Tavernini, interprète de Portrait de Frédéric Tavernini de Noé Soulier

After work avec Frédéric Tavernini, interprète de Portrait de Frédéric Tavernini de Noé Soulier

  • Mer. 25 mars à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Frédéric Tavernini a dansé comme soliste pour le Béjart Ballet Lausanne, le Ballet de l'Opéra de Lyon, les Grands Ballets Canadiens de Montréal et le Ballet National de Marseille. Il danse avec le Dance On Ensemble
depuis 2017. « Nous explorerons les multiples manières de décrire par des gestes des expériences vécues. Les gestes peuvent montrer les parties du corps impliquées dans l’action, représenter un événement ou faire ressurgir pour l’interprète l’expérience en question. Nous interrogerons l’interaction entre ces multiples manières de faire sens par le geste et l’expression verbale. »


Ouverture publique : République Zombie de Nina Santes

Ouverture publique : République Zombie de Nina Santes

  • Jeu. 26 mars à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

République Zombie est une pièce pour interroger l’état zombie, au sens d'un engourdissement du temps, des corps, du monde entier, et performer nos stratégies de mise en alerte. Le langage chorégraphique et musical s’appuie sur le corps zombie, à la fois grotesque et terrifiant. Façonné par la violence coloniale, le zombie est un corps aliéné, dissocié, pétrifié, parfois saisi de convulsions qu'il ne s'explique pas. C’est un corps errant, sans frontières ni géographies, le reflet d'une menace qui gagne toujours du terrain.


Samedi brunch avec Dalila Khatir, répétitrice vocale de infini de Boris Charmatz

Samedi brunch avec Dalila Khatir, répétitrice vocale de infini de Boris Charmatz

  • Sam. 25 avril de 10 h à 13 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Exceptionnellement de 10h à 13h !


L'atelier sera axé sur certaines parties vocales et physiques de la pièce infini de Boris Charmatz. Il s'agira d'une exploration sonore toujours en relation avec le corps. Créer des liens entre le souffle, le son, le rythme. Constituer un groupe à l'écoute, inventif et osant se lancer dans un compte corporel, accéléré et vocal de sa vie. Une seconde, une minute, une heure, un jour... un an... dix ans...


After work avec Maud Le Pladec interprète de infini de Boris Charmatz

After work avec Maud Le Pladec interprète de infini de Boris Charmatz

  • Lun. 27 avril à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Directrice du CCN¹, Maud Le Pladec est ausi interprète dans les pièces de Boris Charmatz depuis 2010. Le travail de mémoire, de corps et de voix qui caractérise la pièce infini mobilise pleinement les danseur•euse•s. Maud Le Pladec propose aux Orléanais•es de partager en pratique quelques aspects du travail de cette pièce qui traverse les notions d’espace, de temps et de communauté.


Week-end pour soi #1 : Yoga avec Ali Cramer

Week-end pour soi #1 : Yoga avec Ali Cramer

  • 2 et 3 mai 2020 de 14 h à 16 h 30
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Samedi 2 mai, 14h – 16h30 : la pratique Shakti Explorer les chakras inférieurs à travers le souffle et le mouvement.
Dans cet atelier, nous utiliserons le Yoga Asana, des exercices spécifiques de Pra-nayama (respiration) et des Mantras pour éveiller le Shakti, notre force de vie créatrice vitale. Cette pratique vous aidera à éliminer les blocages physiques, émotionnels ou énergétiques pour vivre votre vie la plus vibrante et colorée !


Dimanche 3 mai, 14h – 16h30 : la pratique Shiva Explorer les chakras supérieurs à travers le mouvement, la respiration et le son.
Nous utiliserons aussi le Yoga Asana, des exercices spécifiques de Pranayama, et le Mantra pour faire appel à notre nature Shiva, ou Pouvoir de l'Intuition. Cette pratique aide à atténuer la confusion, la dépression ou l'anxiété qui empêche de faire des choix clairs depuis notre endroit de sagesse.


Spectacle : (Sweet)(Bitter) de Thomas Hauert

Spectacle : (Sweet)(Bitter) de Thomas Hauert

  • Mer. 6 mai à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Thomas Hauert est un chorégraphe dont l’œuvre noue une relation intime avec la musique. Dans ce solo, il danse en interaction avec le madrigal baroque Si dolce è’l tormento composé par Claudio Monteverdi sur un texte de Carlo Milanuzzi. Thomas Hauert interprète ce poème musical de l’amour contrarié comme un conflit entre un idéal à atteindre et son impossible réalisation. Une tension qui est le moteur universel de la vie, mais qui prend autant de formes, d’interprétations, qu’il existe de visions individuelles du « pays merveilleux ».


Samedi brunch parent/enfant avec Véronique Teindas, répétitrice de Dans ce monde de Thomas Lebrun

Samedi brunch parent/enfant avec Véronique Teindas, répétitrice de Dans ce monde de Thomas Lebrun

  • Sam. 16 mai de 11 h à 13 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

À partir de 6 ans
L'atelier autour de Dans ce monde aura le même point de départ que le processus du spectacle : le « paysage dansé ». Autrement dit, la mise en mouvement simple et la construction de phrases chorégraphiques de la description d’un paysage à partir de l'ima-ginaire. Découverte et amusement sur les multiples possibilités de notre corps où le mouvement oscille entre douceur et énergie, déploiement dans l’espace ou sur le sol. Mais toujours rythmé !


Week-end pour soi #2 : fasciapulsologie et corporalité avec Marion Blondeau

Week-end pour soi #2 : fasciapulsologie et corporalité avec Marion Blondeau

  • 16 et 17 mai 2020 de 14 h à 17 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Marion Blondeau, artiste chorégraphique et pédagogue propose une plongée dans la pratique de la fasciapulsologie appliquée au mouvement.
« À partir de protocoles de fasciapulsologie simplifiés nous serons invité•e•s à laisser
émerger notre mouvance propre en s'appropriant le temps et l'espace nécessaire. De petits parcours introspectifs anatomiques guidés mèneront à d’autres sensations de nous-mêmes, de notre intimité
physiologique et de notre corporalité. Les fascias, tissus conjonctifs sont les supports de cette expérience : tant dans leur capacité de communication que dans leur qualité d'articulation du langage corporel de chacun•e. »
Marion Blondeau découvre cette pratique somatique au Ballet C de la B à Gand en 2016, elle s'y forme depuis aux côtés de Florence Augendre à Bruxelles. 


Ouverture publique : Fin de carrière (titre provisoire) de Matthieu Bardin

Ouverture publique : Fin de carrière (titre provisoire) de Matthieu Bardin

  • Mar. 19 mai à 19 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

C'est en partant de matériaux intimes que Matthieu Barbin a décidé de travailler sur fin de carrière. Afin de questionner le corps au travail et les caractères sociaux que cette expérience dessine, le projet est animé par la nécessité d'être autre. Pour cela il a collecté plusieurs témoignages de travailleurs en Californie, lieu synonyme de réussite et d'accomplissement, et se demande jusqu'où et par quels moyens peut-on embrasser d'autres définitions possibles.


Week-end pour soi #3 : Danse et Feldenkrais avec Corinne Garcia et Maria Ferreira Silva

Week-end pour soi #3 : Danse et Feldenkrais avec Corinne Garcia et Maria Ferreira Silva

  • 6 et 7 juin 2020 de 14 h à 17 h
  • Centre chorégraphique national d’Orléans - Orléans

Maria Ferreira Silva et Corinne Garcia avec leurs parcours hybrides proposent de vous faire découvrir en duo le plaisir du mouvement par le prisme de la danse et de la Méthode Feldenkrais. La Méthode Feldenkrais éveillant la conscience de soi par le mouvement, sera l’outil bienveillant pour rentrer en douceur dans la danse par le sensible et la disponibilité. La danse sera l’outil d’expression pour stimuler et vitaliser la découverte de la méthode Feldenkrais par le ludique et le créatif. Le jeu sera de passer de l’une à l’autre ou de l’autre à l’une pour se sentir le temps d’un week-end en mouvement avec aisance, facilité et sourire intérieur. Maria Ferreira Silva est danseuse et chorégraphe. Corinne Garcia est danseuse et praticienne de Feldenkrais. Toutes deux ont collaboré dans les projets de Maud Le Pladec.


Présentations publiques : Jours Etranges de Dominique Bagouet (re-création avec 16 jeunes d'Orléans)

Présentations publiques : Jours Etranges de Dominique Bagouet (re-création avec 16 jeunes d'Orléans)

  • Mer. 17 juin à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre d'Orléans - Orléans

Gratuit. Sur réservation
Jours étranges est une des pièces majeures de Dominique Bagouet, créée en 1990. Catherine Legrand, qui avait participé à sa création, revisite cette chorégraphie pour une re-création avec des jeunes d’Orléans.
Au son de cinq chansons de l’album Strange Days des Doors, devant deux murs d’enceintes pour seul décor, les « adolescent•e•s » interprètent pour nous une succession de tableaux qui brossent par petites touches les contours de leur identité collective.